Billet d’Humour : aller à Pise

Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ?

 

SONY DSC

Cathédrale et Tour, Pise, Février 2015.

Je vous l’avais dit dans un article précédent, il y a maintenant presque deux ans (en Février prochain), je suis allée en Italie. Un très beau voyage qui a été possible grâce à mon invitation à un congrès de génétique, à Pise (ou plutôt à côté…).

Sur le papier, effectivement, tout semble parfait, idyllique : l’Italie quand même ! De très beaux paysages, des pâtes délicieuses… Mais quant était-il du voyage ?

Je suis en thèse à Toulouse. L’aéroport de Toulouse, bien que beaucoup plus petit que ceux de Paris, est plutôt bien desservi, avec de nombreuses destinations possibles, et même en « low cost », grâce à Easy Jet ! Donc, le plus simple pour aller à Pise, je suis d’accord, c’est de prendre l’avion (environ 5 heures Toulouse-Pise avec Air France, dues aux escales…). D’accord, ça reste relativement long, mais ça reste toujours plus rapide que la voiture (environ 9 heures), le train (apparemment plus d’un jour, d’après Google Map), ou même les petons : à peu près une semaine. Remarque, ça doit faire une sacré randonnée !

Bref, donc on prend l’avion. Soit. Bon, j’avoue que je ne suis toujours pas fan de ce moyen de transport, mais, parait-il que c’est le plus sûr etc, ect… Comme je vous le disais, Toulouse est assez bien desservi : plusieurs compagnies, différentes destinations… Il est même possible, finalement, d’aller à Pise avec Easy Jet (d’accord, il faudra faire deux trajets : Toulouse-Paris, Paris-Pise), mais si on a un budget « limité », ça reste intéressant !

Mais… certains se sont habitués au « luxe »… et donc, les compagnies low cost, c’est « hors de question ! ». Ok, pourquoi pas, après tout je ne suis pas experte… Nous voilà donc à réserver les billets avec British Airways : Toulouse-Londres, Londres-Pise… J’avoue que niveau géographie, c’est assez douloureux de s’imaginer remonter dans le nord-ouest, pour ensuite redescendre dans le sud-est… Ça me parait assez aberrant… De plus, on passe à 10 heures de trajet…. C’est plus long que Paris-Montréal !

Allez, ne faisons pas de mauvais esprit, l’aller c’est très bien passé, malgré ces tribulations géographiques…

Parlons du retour maintenant… Ce qui, à l’aller, n’apparaissait que comme une petite… facétie, devient un véritable enfer quand arrivent des (petits) soucis. Pas de chance, le jour de mon retour a coïncidé avec une panne dans l’Eurostar. Quel rapport avec l’avion me demanderez-vous ? Rappelez-vous que je vole avec Bristish Airways, donc les anglais ! Or, catastrophe, les français bloqués à Londres à cause du train, ne peuvent plus rentrer. Qu’à cela ne tienne, les avions vont être prioritairement dédiés à ces pauvres voyageurs bloqués, comme ça ils seront… débloqués !! Hallelujah ! Oui, mais Quid des autres voyageurs qui, du coup, se retrouvent eux aussi bloqués, mais à l’aéroport, certes ? Eh bien, ils vont attendre…

C’est comme ça, que j’ai quand même pu décoller de Pise à l’heure à laquelle j’étais censée atterrir à Londres… Là, commence la panique… Va-t-on m’attendre à l’arrivée ? Et ma valise ? Les hôtesses sont sympa’, elles me font descendre en première de l’avion et même les anglais me souhaitent : « bonne chance ! ». Et me voilà qui court comme une demeurée dans le Terminal 5 de Heathrow, le plus grand du monde… Le agents me voient, me disent : « par là, par là » (en anglais dans le texte)…

Finalement, j’arrive au panneau d’informations eeeeet… avion retardé d’une heure ! Bam… Bon d’accord, je ne l’ai pas raté, mais franchement, je n’avais pas envie d’attendre dans l’aéroport (sachant qu’il est déjà 22h…). Pas le choix, j’attends (encore) et j’arrive finalement à Toulouse à 1h du matin (au lieu de 22h initialement…).

Voilà, tout ça pour dire que j’aurai pu aller en Indonésie… Donc, la prochaine fois, eh bien on fera des économies de confort, mais comme ça je ne passerai pas 13 heures à poireauter et je ne parcourrai pas la moitié de l’Europe en diagonale…

img_0030

Les Alpes, Février 2015.

Et vous ? Vous avez déjà eu des voyages un peu… épiques ?

2 commentaires sur « Billet d’Humour : aller à Pise »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s